Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 11/08/2019 - 18:35

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

PONZA Giovanni Antonio (ps: Venanzio, Ramon Pallas, Jean Donel)

Giornalista



Acceglio (Cn) 10.7.1891 da Luigi -

Emigra a Parigi poi a Buenos Aires in contatto con gli anarchici italiani, spagnoli, russi, poi in Brasile dove pare sia stato espulso per le sue idee. Ritorna in Argentina dove rimane fino al novembre 1910, quando parte per Barcellona, in seguito a Marsiglia, Bordeaux, Parigi.

Nel 1913 il Ministero federale di Berna comunica al Ministero italiano degli Interni "che si trova detenuto nelle carceri di Ginevra per un furto con tentativo di scasso, avendo con sé speciali ferri del mestiere". Infatti viene arrestato con arnesi di scasso, revolver... ed accusato di diversi furti ... André-Joseph Ponza, italiano 23 anni, sedicente detective privato, in possesso di una serie di documenti menzionanti la sua qualità di "agente di sicurezza". Poliglotta... ha soggiornato a Buenos Aires, Spagna, Germania, Francia. In questi paesi ebbe legami con anarchici conosciuti; conosceva Romanof e Simentof, uno degli affiliati della banda tragica, di cui il processo si svolge attualmente... - (Journal de Genève, 13.2.1913).
Condannato a 1 anno di prigione e espulso per 10 anni.

Nel gennaio o febbraio 1914 è a Londra, dove viene segnalato nel quartiere italo-francese. Poi se ne perdono le tracce.


 

C’est alors qu’il était encore lycéen que Giovanni Ponza, sans doute pour échapper au service militaire, avait quitté sa famille aisée , avait gagné Gênes puis Marseille où il s’était embarqué à destination de l’Argentine. A Buenos Aires il se mit rapidement en contact avec les anarchistes italiens, espagnols et russes et travailla quelque temps à la Compagnie française de chemins de fer dont il fut renvoyé à la suite d’une grève des cheminots, puis expulsé. Passé au Brésil, ses activités propagandistes lui valurent une nouvelle expulsion et il alla alors à Montevideo où il resta quelques mois et il fut en contact avec notamment les compagnons Alexandre Sus et Monet avant de revenir en Argentine. Il s’y lia notamment aux compagnons Schultz impliqué dans un attentat à Londres contre le roi Alphonse XIII, Simon Radowitzky, auteur de l’attentat contre le colonel Falcon et Romanov auteur de l’ attentat du Théâtre Colon. Il collabora à cette époque à La protesta.

Expulsé une nouvelle fois d’Argentine il allait à Montevideo et s’embarquait en novembre 1910 à destination de Barcelone. Il s’y mit en relation avec les compagnons et, muni d’un certificat au nom de David Venanzio Cabezon signé par Pedro Permañer ( ?) secrétaire du journal Solidaridad Obrera, et d’un aitre récépissé au nome de Ramon Pallas, il gagnait Marseille puis Bordeaux et Paris au début 1911.

A son arrivée, il y avait notamment rencontré Charles Albert qui lui avait donné une aide de 2 francs et un mot de recommandation pour Auguste Savoie le secrétaire de l’Union des syndicats de la Seine. Ce dernier lui avait remis une lettre de recommandation pour le syndicat des gens d’hôtel et une autre pour le syndicat des employés de commerce. Il était alors domicilié chez le compagnon espagnol Miguel Ruiz, 11 ou 13 rue Caillié. A l’automne 1911 la police signalait qu’il fréquentait un bar de la rue Cujas (5ème arr.) où se réunissaient les anarchistes italiens, espagnols et russes et qu’il était un spécialiste en explosifs. Signalé disparu de Paris, il fut arrété pour vagabondage à Marseille et l’objet d’un arrêté d’expulsion pris le 13 juillet 1911 . Il circulait alors sous le nom de Jean Donel (né à Montevodeo le 16 juillet 1891).

Il avait ensuite gagné Genève où en février 1913 il fut arrêté en flagrant délit de cambriolage. Il se prétendit alors détective privé. Le 11 mars 1913 il fut condamné à un an de prison et 10 ans d’expulsion du territoire suisse. Le 24 janvier 1914 il fut expulsé de Suisse et avait gagné Londres où sa présence fut signalé dans le quartier franco-italien avant qu’on ne perde sa trace.

 

DIMA: Sources : Arch. Nat. 19940469/447 //


FONTI:

GB // Cfr.  Antonio Lombardo, Anarchici e anarchismo cuneese 1892-1914, in AAVV  "Sacco e Vanzetti a sessant'anni dalla morte", giugno 1988 // [Casell.pol.centrale di Roma-non visionato] // Journal de Genève, citato // DIMA citato //




CRONOLOGIA: