Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 11/05/2021 - 09:45

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

ALERINI Charles
Enseignant


Né le 20 mars 1842 à Bastia (Corse).

Alerini prit depuis 1870 une part très active à l'action de l'Internationale à MarseilleLe 20 mai, il fut arrêté pour adhésion à une société secrète (l'Internationale). Le 8 août 1870, il participa à l'occupation de l'Hôtel de Ville et à l'organisation d'une éphémère Commune révolutionnaire. Incarcéré après l'échec de cette tentative, il fut libéré le 4 septembre à la proclamation de la République. Lors du mouvement insurrectionnel du 23 mars 1871, Alerini fit partie de la Commission départementale de douze membres. Après l'échec du mouvement, il passa en Espagne. Il fut condamné à mort par contumace, le 24 janvier 1872 et gracié sept ans plus tard, le 17 mai 1879. En attendant, il poursuivit son action militante. Vers décembre 1871, il fut initié au groupe secret constitué par certains membres appartenant à l'Internationale, l'Alliance de la Démocratie socialiste, créée par Bakounine au printemps 1870. Tant sur le plan espagnol que sur le plan français, Alerini fut mêlé à la vie de l'Internationale « antiautoritaire » qui combattit l'Internationale « marxiste » après le Congrès de la Haye. J. Guillaume, qui l'appréciait, parle de son « coeur chaud », de sa « droiture », de sa « vaillance simple et sans phrases » (Ibid.).
À La Haye, il fut au nombre des délégués de la Fédération régionale espagnole et signa la déclaration de la minorité bakouniniste. À l'issue du congrès, le 15 septembre 1872, il assista à la réunion antiautoritaire internationale tenue à Saint-Imier et dont il fut un des trois secrétaires. Le Conseil général « marxiste » l'exclut le 30 mai 1873.
Au printemps de 1873, avec Brousse et en s'adjoignant Camet venu de Zurich, il constitua à Barcelone un « Comité de propagande révolutionnaire socialiste de la France méridionale ». Tous les trois exposèrent leur programme dans une circulaire autographiée -- « nous nous placerons sur le terrain de l'an-archie » -- et publièrent La Solidarité révolutionnaire, qui eut dix numéros (10 juin-1er septembre). Mais Brousse se fixa en Suisse, Camet rentra en France et le journal cessa de paraître.
Au congrès de Genève, 1-6 septembre 1873 (6e congrès de l'Internationale « antiautoritaire ») Alerini fut, avec Brousse, un des cinq délégués de la Fédération régionale espagnole ; il représenta également la section de langue française de Barcelone et, avec Pindy, Montels et Perrare, plusieurs sections françaises illégales.
A son retour en Espagne il se montrait très actif à Barcelone au Centre des Sociétés ouvrières. Par la suite, pendant plus de deux ans, il fut emprisonné à Cadix où il avait été arrêté lors d’une tournée de propagande.
En avril 1877, avec Pindy, Brousse et Dumartheray, il fit partie du Comité fédéral de la Fédération française de l'AIT qui tint congrès le 19 août 1877. Charles Alerini est ensuite parti pour Le Caire (Egypte) où l’on perd sa trace.


FONTI: ME - Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français


CRONOLOGIA: