Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 10/08/2022 - 18:34

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

DOUBLIER Jean-Baptiste, Xavier
Ouvrier teinturier

Né le 15 août 1862 à Saint Maurice sur Dargoire (France).

Dans les années 1880-1890 Jean-Baptiste Doublier avait été signalé comme fréquentant des anarchistes de Lyon et Roanne. En 1884 il était allé travailler à Régny (Loire) où il se maria et eut un enfant et où il ne se fit pas remarquer politiquement jusqu’en 1888 où lors de la grève à Thizy, il déclencha une grève à l’entreprise Pivot où il travaillait, ce qui lui valut d’être licencié. Sans travail , il fut ensuite employé comme contremaître sur une carrière de Régny, puis travailla pour un marchand de charbon jusqu’à la fin 1890 où avec sa femme il partit pour Genève.

En février 1891, le commissaire spécial d’Annemasse (Haute Savoie) signalait sa présence à Genève où il continuait de fréquenter les anarchistes qui y étaient réfugiés, notamment Moïse Ardene. Le 22 février 1891 la police signalait son passage avec sa femme à Regny d’où tous deux repartaient le jour même avec des billets pour Roanne où il aurait été en contact avec Louis Segaud. Pendant son séjour à Roanne il travailla comme voiturier. Puis à l’été1891 il partit travailler à Saint Chamond chez un marchand de crayons. La police de Roanne signalait, que bien qu’il ait rencontré Segaud, il n’avait pas fréquenté régulièrement les réunions du groupe anarchiste de la rue Bravard.


FONTI: ME / DIMA (AD Loire 1M528)


CRONOLOGIA: