Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 18/08/2022 - 14:43

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

GOYON Henri

Marin : chaudronnier en fer



Né à Lyon le 23 avril 1877.

Le 19 juillet 1894, Henri Goyon, né à Lyon de père inconnu et marin de commerce inscrit au Havre, avait été arrêté par la gendarmerie maritime de Toulon alors qu’il distribuait, avec Eugène Bérard et Jean-Baptiste Orisini, des écrits anarchistes (La défense d’Emile Henry) à des militaires. Une perquisition effectuée à son domicile, 38 rue Nicolas Laugier, ne donna rien de suspect. Il fut alors mis sous surveillance. A la mi-janvier 1895, suite à une arrestation à La Seyne, il avait été remis en liberté par le Procureur de Toulon qui n’avait pu l’inculper de vagabondage et était alors semble-t-il reparti à La Seyne où il travailla près de 2 mois aux Forges et chantiers de La Seyne comme chaudronnier , dont il fut remercié le 28 février 1895 et alla alors à La Ciotat ou Marseille pour y chercher du travail.

Signalé comme anarchiste "convaincu pouvant devenir dangereux", Henri Goyon résida en 1897 pour de brèves périodes à Genève et Neuchâtel. Arrêté à Genève pour vagabondage, il fut expulsé et, selon la police, retourna sans doute à Marseille et Toulon où il résida et fut aidé par les compagnons Fouque et Celle. Il fut ensuite embauché par un entrepreneur de déchargement de charbon à l’Arsenal.
En mars 1898 la police signalait son départ de Toulon pour Marseille où il devait solliciter de la Préfecture son rapatriement sur Lyon pour y passer le conseil de révision.


FONTI:

ME / DIMA (AF E21 14002, Ministère public fédéral, police politique, Liste des anarchistes étrangers, 1889-1898)




CRONOLOGIA: