Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 29/04/2022 - 11:42

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

LAPIE Armand Désiré Célestin

Libraio, editore



Libraire, éditeur.



St Erme (Aisne) 26.04.1865 da Alcindor - Lione 30.5.1940.
di nazionalità francese.

Già gerente de le Père Peinard, dalla Francia si trasferisce in Inghilterra, segnalato dalla polizia nel 1892, nel dicembre 1894 abita presso Cesare Cova ("l'anarchico ladro"), poi ancora controllato nel 1896. Proprietario di una libreria, luogo di incontro di diversi anarchici tra cui Ernest Delebecque, François Duprat, Jules Corti e Pétronille Altérant.  Il suo nome figura nell' "Album photographique des individus qui doivent être l'objet d'une surveillance spéciale aux frontières".
Nel 1895 viene denunciato da alcuni suoi compagni, accusato di essere una spia (le ragioni però rimangono assai oscure...)

Risulta domiciliato a Losanna /VD dal 1899, gerente di una libreria alla Louve ed editore. Partecipa alla fondazione della Maison du Peuple e nel 1905 è tra gli insegnanti della Ecole libre di Losanna /VD (che precede l'Ecole Ferrer) dove proponeva lezioni domenicali alla Maison du Peuple, patrocinata dal Libero Pensiero. Tra i fondatori dell'Ecole Ferrer di Losanna nel 1910, dove farà parte del comitato. Adotta la figlia di un comunardo (forse di Andignoux), che diventerà attrice teatrale.
Poi sarà su posizioni "interventiste" nel corso della I guerra.

Scaduto il suo permesso di soggiorno, nel 1925 rientra in Francia, a Reims, poi a Lione (la sua libreria di Losanna verrà ripresa da Charles Bornand).

"Pour reconnaître les services qu'elles ont rendu pendant la guerre, le gouvernement français vient de décerner la médaille d'honneur du Ministère des affaires étrangères aux personnes dont les noms suivent: .... ... Armand Lapie, libraire .... ....  tous à Lausanne" (Gazette de Lausanne,1923) !!!



Edizioni  a Losanna: "Librairie française Armand Lapie"
Le maréchal Joffre à Lausanne (1920)
Steinlen, notice biograhique, di Jean Wintsch (1919)
Les reflets. Poèmes, di Robert Tourly, disegni della signora Gross-Fulpius e di John Mossaz (1918, II ed)
En convoyant des rapatriés français di Armand Lapie [Conférence donnée à Lausanne le 1.06.1917; avant-propos par Louis Avennier] (1917)
La légende chrétienne, di Auguste Dide (1912 - coed. Parigi: E. Flammarion)
Souvenirs d'une morte vivante, di Victorine Brocher, 1909
Essai de philosophie positive. Le problème biologique et psycologique, di Romeo Manzoni, traduit de l'italien par Maurice Charvot, (coedizione con Schleicher frères, Paris), 1908
Giordano Bruno. Sa vie son oeuvre, sa mort. Conférence du Dr. Romeo Manzoni à la Maison du Peuple de Lausanne le 27.2.1908
Diagnostic et traitement des affections chroniques les plus fréquentens du canal urétral et de la vessie, di Th.  Perrin (1907 - coedizione con A. Maloine di Parigi)
Le prêtre dans l'histoire de l'humanité, di Romeo Manzoni, trad. dall'italiano di M. Charvot (1907, coed. con Scheicher, Parigi)
Résumé d'arithmétique:système métrique, fractions, di R. Hierzoltz (1907)
Calvin et les Genevois ou La vérité sur Calvin, di un citoyen de Genève (1907, coed. con A. Berthoud, Parigi)
Mon concle Benjamin, di Claude Tillier, prefazione di Lucien Descaves (1906, coed. con A. Bertout, Parigi)
Les edelweiss: poesie, di Maurice Charvot (1906 - coed. con A. Bertoud)
Mes expériences dans l'Eglises évangelique libre du Canton de Vaud, di Jean Berthoud (1905)
Etudes d'histoire militaire: III Frédéric, Washington, Napoléon, di Ferd. Lecompte (1903, coed. con R. Chapelot, Parigi)




Né à Saint-Erme (Aisne) le 26 avril 1865, mort à Lyon le 30 mai 1940.

Armand Lapie était le fils d’Alcindor Lapie, carrossier, militant blanquiste qui mourut accidentellement pendant le siège de Paris lors de l’explosion de sa fabrique de bombes Orsini.
Il aurait été gérant ou collaborateur du Père Peinard. En 1892 il habitait Londres, où il tenait une librairie, 30 Goodge Street, un des rendez-vous de la colonie anarchiste française. En 1894 il aurait habité, selon la police, chez Cesare Cova, un anarchiste illégaliste fréquentant le groupe de Parmeggiani, L’Anonimato/L’Anonymat. Le lendemain de l’exécution de Vaillant parut un placard intitulé A Carnot le tueur et signé Un groupe anarchiste ; selon un rapport de police, il aurait été rédigé par Cohen et imprimé par Ségaud, Lapie et Bidault.
Son nom figure (sans photo) dans l’Album photographique des individus qui doivent être l’objet d’une surveillance spéciale aux frontières (Paris, Imprimerie Chaix, septembre 1894), en tant que réfugié à Londres, sous le coup d'une condamnation.

Fin 1895, Lapie fut victime de dénonciation de la part des compagnons, accusé d'être un mouchard pour d’obscures raisons, peut-être résumées par Constant Martin : « Il est bien connu qu’à Londres les compagnons s’aigrissent et deviennent suspicieux à l’excès. » C’est alors contre lui que furent publiés d’autres placards par le groupe L’Anonymat.
Lapie s’installa à Lausanne où il ouvrit une librairie en 1899, rue de la Louve 5, où défilèrent des générations d’étudiants. Il participa à la fondation de la Maison du Peuple et fut en 1905 parmi les enseignants de l’Ecole libre de Lausanne, qui y donnait des cours tous les dimanches sous l’égide de la Libre Pensée. Il fut ensuite au premier comité de l’Ecole Ferrer de Lausanne (voir Jean Wintsch).
De 1903 à 1920, il édita à Lausanne une vingtaine d’ouvrages, notamment les Souvenirs d’une morte vivante de Victorine Brocher, une brochure de Wintsch sur Steinlen, des œuvres de Claude Tillier, des traductions de Romeo Manzoni.
Il avait adopté la fille d'un compagnon (peut-être Andignoux), qui devint comédienne à Lausanne.
Mais pendant la guerre il passa dans le camp des interventionnistes et redevint francophile, au point de se faire décerner la Médaille d’honneur du ministère des Affaires étrangères.
Il rentra en France en 1925, d’abord à Reims puis à Lyon, où il mourut en 1940.


FONTI:

GB / ME //  info di Constance Bantman // Gazette de Lausanne, 23.8.1923, 10.6.1940 per la morte // Edmond Villetard, L’Insurrection du 18 mars, Paris 1872 // Constance Bantman, Anarchismes et anarchistes en France et en Grande-Bretagne, 1880-1914, thèse, Paris, 2007 // Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, sous la dir. de Jean Maitron (pour Alcindor Lapie) // AD Aisne, état-civil Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt // Les Temps Nouveaux, 8 et 22 février 1896 // Le Libertaire, 15 et 22 février 1896 // René Bianco, Un siècle de presse anarchiste d'expression française, thèse, Aix-Marseille 1987 //




CRONOLOGIA: