Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 29/04/2022 - 11:42

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

LYARD (Liard) René

Fratello di André.

Membro del Groupe du Réveil di Ginevra, su posizioni individualiste. Negli anni 1950-1960 gestisce l'Estaminet SaintGermain a due passi del locale del CIRA. Il locale era frequentato da artisti ma pure da libertari e refrattari francesi o italiani.
(Abbonato al Risveglio/Réveil nel 1963.)

Forse: Robert René Liard, nato nel 1908, morto il 10.10.1981???


 

LYARD René

En été 1939 à Genève, Berthe Mezzo-Lyard transmit à Fidel Miro, réfugié espagnol, le permis d’établissement et la carte de l’Union cycliste de son fils René Lyard. Miro remplaça la photo du jeune homme par la sienne, mais la supercherie fut découverte par un gendarme lors d’un contrôle à la gare des Eaux-Vives. Les trois « complices » furent arrêtés, puis libérés sous une lourde caution.

Deux semaines plus tard, Fidel Miro fut condamné à dix jours de prison, Berthe Mezzo à deux jours de prison (qu’elle avait probablement effectués) avec sursis et 30 fr d’amende, René Lyard à 30 fr d’amende pour complicité.

Dans les années 1950-1960, René était tenancier de l’Estaminet Saint-Germain, 11 rue Saint-Germain, à deux pas du local du CIRA. Le local était fréquenté par des artistes mais aussi par des libertaires et des réfractaires français ou italiens, qui avaient la sympathie du patron.


FONTI:

GB-ME / HT /