Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 19/08/2022 - 17:35

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

SALIVES Jean-Baptiste Auguste (alias Claude LE MAGUET)

Tipografo, correttore



Risultato immagini per jean baptiste salives + le maguet

Albas (Francia) 27.4.1887 da Dominique e Marie Gaignebé - Chêne-Bougerie GE 14.7.1979.
Cittadino francese.

Dall'età di 6 anni fino ai 16 anni, è ospite dell'orfanatrofio di Cempuis diretto da Paul Robin, dove segue un apprendistato di tipografo.
Lavora al giornale L'Anarchie e conosce Victor Serge, Mauritius, Libertad, Paral-Javal, Lourolot, Faure, poi si stabilisce nella comunità d'Aiglemont (Ardennes) fondata da Henry Fortuné. Obiettore, nel 1908 si rifugia in Belgio, ritorna in Francia (1908-1909) lavorando come tipografo dall'anarchico e sindacalista Benoît Broutchoux, scrive sul Journal du Peuple (organo del sindacato minatori). Arrestato a Lille in una manifestazione è condannato a 1 mese di prigione, ma la sua vera identità non viene conosciuta.

Dopo le persecuzioni legate all'affare della Banda à Bonnot del 1912, si rifugia in Svizzera e dal 1913 è a Losanna /VD, dal 1914 Ginevra (con la sua compagna Marcelle, da cui ha avuto una figlia). In questo periodo collabora a La Voix du Peuple di Losanna, a Le Réveil anarchiste, a La Feuille di Ginevra (dal 1917 al 1920). Fonda a Ginevra , su consiglio di Guilbeaux, con Frans Masereel, Albert Ledrappier e Cécile Noverraz la rivista Les Tablettes (ottobre 1916 -gennaio 1919 stampato dall'Imprimerie des UO), che si inspira ad una anarchismo non violento, tolstoiano, di cui è direttore dal 1917 al 1919 (e da lui in parte illustrata).  Rivista che non aderì, a differenza di Demain alle idee zimmerwaldiane né al programma bolschevico. D'altronde rifiutò il segretariato di Demain offertogli da Guilbeaux.
Dal 1920, lavora come correttore presso la Società delle nazioni (SDN).
Nel 1939, pensionato per malattia, ritorna in Francia non volendo apparire refrattario nella lotta antifascista, ma viene subito imprigionato a Lione poi a Quimper. Dopo tre mesi riesce a rientrare a Ginevra, collabora a Liberté di Lecoin e ai Cahiers de l'humanisme libertaire di Gaston Leval, consacrandosi soprattutto alla poesia.

 

Opere:
"Antologie des écrivains réfractaires de langue française" (1927), "Les anarchistes et le cas de conscience" (Parigi 1921), "Un ouvrier de poésie: Claude Le Maguet" (antologia versi e prosa), La Tour de Feu, No special, cahier 105, marzo 1970.


Fils d’un receveur des contributions indirectes établi à Paris en 1888, Jean      Salives dit Claude Le Maguet fut confié, à l’âge de six ans, à l’orphelinat Prévost à Cempuis (Oise), dirigé par Paul Robin, après le départ de sa mère du domicile conjugal. Il en sortit à seize ans, ayant appris le métier de typographe, marqué par les idées libertaires. À partir de 1903, il travailla d’abord comme apprenti à Paris. Puis, il s’embaucha à l’Anarchie où il côtoya Libertad, le jeune Kilbatchiche Victor Serge, Mauricius, Georges Paraf-Javal, André Lorulot, Sébastien Faure. Il rejoignit la petite communauté anarchiste internationale d’Aiglemont, dans les Ardennes, crée par Fortuné Henry frère d’Émile. Il y composa des brochures anarchistes. Appelé sous les drapeaux, il déserta après trois semaines passées dans une caserne de Vendée. Ce fut le début d’une longue insoumission et illégalité, d’une vie de vagabond durant laquelle il dut changer de noms, de métiers.

Passé en Belgique, il revint en France à Lens (Pas-de-Calais) où il trouva une place de typographe chez Benoît Broutchoux, d’octobre 1908 à la fin de 1909, et écrivit ses premiers articles dans le Journal du Peuple. Arrêté à Lille lors d’une manifestation en faveur d’un camarade incarcéré, il fut condamné à un mois de prison. Il mena alors une vie errante sous différents pseudonymes : Trivaux, Prevel, Béhier, Malaise. Ayant trouvé un emploi à l’hôtel de ville, il dut l’abandonner à la suite des arrestations consécutives à l’affaire Jules Bonnot. En 1912, il rencontra Marcelle, la cousette qui deviendra la compagne de sa vie. Il passa ensuite en Suisse, travailla comme typographe à Lausanne, puis à Genève. À la déclaration de guerre, il resta fidèle à « l’internationalisme prolétarien » selon sa propre expression.

Claude Le Maguet fit bientôt partie des milieux pacifistes et rencontra Frans Masereel, Henri Guilbeaux, Pierre-Jean. Jouve, René Arcos, Romain Rolland, Birukoff, J. Humbert-Droz. En 1916, peu après la création de la revue « zimmerwaldienne » Demain (Genève, 1916-1919), et sur les conseils de son fondateur Henri Guilbeaux, il fonda, avec F. Masereel, Cécile Noverraz et Albert Ledrappier, la revue les Tablettes (Genève) dont le premier numéro parut en octobre avec un dessin de Masereel. Nées pour dénoncer la guerre, les Tablettes voulaient s’adresser à un public plus large que celui de Demain ; et, à la différence de cette revue, les Tablettes n’adhérèrent jamais aux idées zimmerwaldiennes ni au programme bolchevik. Le Maguet refusa le secrétariat de Demain. Sa revue, marquée d’abord par les idées anarchistes, se rattacha à la philosohie de la non-violence inspirée par Tolstoï qu’il avait lu avant la guerre, notamment "La Loi de violence ou d’amour". En témoigne un beau numéro consacré à Tolstoï en juin 1917, orné d’un bois gravé de Masereel et le texte de Tolstoï « Le patriotisme et la paix » (n°23).

Des textes d’une rare qualité littéraire parurent dans les Tablettes : poèmes de Pierre-Jean Jouve tirés de "la Danse des morts" (1917), de Marcel Martinet tirés des "Temps maudits", de Le Maguet lui-même. Romain Rolland y publia une « Adresse à Gorki » (août 1917) et le jeune Jean de Saint-Prix, dans le même numéro, sa « Lettre aux Suisses », signée Jean-Louis. Les Tablettes cessèrent de paraître en janvier 1919 (numéro 27). « Ce fut la plus libre, la plus noble, la mieux rédigée et la mieux présentée de ces revues protestataires » écrivit M. Martinet en septembre 1919.

Claude Le Maguet collabora également aux journaux suisses, la Voix du Peuple, la Feuille(Genève, 28 août 1917 à 14 août 1920, quotidien puis hebdomadaire) de Jean Debrit (articles non signés jusqu’à la fin de la guerre) et illustré par Masereel et en France aux Cahiers idéalistes, aux Humbles (Roubaix, 1913-1914, puis Paris, 1916-1940) de Maurice Wullens

En 1920, Claude Le Maguet entra comme correcteur à la SDN. En 1939, il fut mis à la retraite pour maladie. Convalescent, il retourna en France, à la déclaration de guerre, ne voulant pas faire figure de réfractaire dans une guerre contre le fascisme. Il fut emprisonné à Lyon, puis à la caserne de Quimper. De retour à Genève, il fut, selon ses propres mots, « happé par la poésie ». Il collabora toutefois à Liberté (Paris, 1958-1971) de Louis Lecoin et aux Cahiers de l’Humanisme libertaire (Paris, 1963-1976) de Gaston Leval.

 

 


FONTI:

GB scheda it. / ME scheda fr. / DBMOF // Ephéméride anarchiste / DIMA / Le Rév. 1.1.1916, suo art. in favore dell'antimilitarismo di Romain Rolland /




CRONOLOGIA: