Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 10/08/2022 - 18:34

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

DUMAS Pierre
Sarto

tailleur d'habits

Mèze 20.3.1875 - Conflans-Sainte-Honorine 25.1.1960.

Risiede a Ginevra /GE e viene espulso nel 1898 dopo aver partecipato a uno sciopero degli impiegati dei tram [sic!  di GB: lo sciopero dei tram, che poi si trasformerà in sciopero generale a Ginevra, è nel 1902 ! - nel 1898 è lo sciopero edile].

Si installa allora a Saint-Claude, poi a Grenoble, dove pubblica il giornale L'Aube Nouvelle (1903-1904, No 8) e ad altri fogli sindacali e anarchici. Nel 1909 è segretario della federazione CGT dell'abbigliamento, poi segretario aggiunto della CGT nel 1910. Nell'agosto 1911 viene nominato al posto di Monatte come amministratore de La Bataille Syndicaliste.
Dal 1912 diventa... monarchico.

 

Pierre Dumas Diogène, ouvrier tailleur d’habits, qui résidait à Genève avait été expulsé de Suisse en 1898 après avoir participé à une grève des employés du tramway [sic!!! - voir en italien].

Il s’installait alors à Saint Claude (Jura) où il demeurait 1 rue des carmes puis à Grenoble (Isère), 16 rue Strasbourg et 15 rue du Drac, où il publiait le journal L’Aube Nouvelle (Saint Claude puis Grenoble, 8 numéros du 1er novembre 1903 au 1er juin 1904) dont le premier numéro publié à Saint Claude aurait été financé par le compagnon belge G. Thonar. Il appuyait alors le courant libertaire qui devint majoritaire à la Bourse du travail.Fin 1905 il avait participé avec Frimat de la Bourse du Travail de Paris, à un meeting de l’Association Internationale Antimilitariste (AIA) tenu à Saint Etienne. Devenu marchand forain , il en profitait pour faire de la propagande et était signalé en décembre 1906 par la police dans la région d’Ambérieux (Ain). Il collaborait à la même époque à L’Emancipation (Lyon, au moins 14 numéros du 15 avril 1906 au 1er janvier 1907) organe anarchiste de la région de Lyon et du sud-est. En décembre 1907, suspecté d’être l’un des signataires de l’affiche L’Armée antimilitariste dont le principal rédacteur était Chazeaud et qui invitait les soldats à tirer sur leurs officiers, il était arrêté et condamné à treize mois de prison avec sursis. En 1909 il était nommé secrétaire de la Fédération CGT de l’Habillement puis secrétaire adjoint de la CGT en 1910 et participait à plusieurs congrès nationaux (Marseille en octobre 1908, Le Havre en septembre 1912). En août 1911, il était nommé à la place de P. Monatte comme administrateur de La Bataille Syndicaliste.

A partir de 1912 P. Dumas se ralliait au courant de Georges Valois et devenait monarchiste (voir sa notice complète dans le Maitron).


FONTI: DIMA / GB /


CRONOLOGIA: